Prochaine Xbox : connexion obligatoire, Big Brother et fin du marché d'occasion

Publié le par Dragon d'Ambre

                Après plusieurs mois de rumeurs abondamment relayées par la presse sur ses caractéristiques ou même son nom, la prochaine Xbox, la Xbox One a été officiellement présentée hier par Microsoft lors d'une conférence au final assez chiche en informations. Les vrais révélations qui "fâchent" sont en effet apparues quelques heures plus tard sur le net, et autant dire qu'elles ne feront pas l'unanimité.

 

 

               La conférence Microsoft a tout de suite donné le ton : la One sera avant tout une console orientée vers le multimédia et la télé en particulier. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que le nom de la console a été choisi, Microsoft veut réussir à tout centraliser dans sa "box" : chaînes TV, musique, films, séries, Skype et...jeux. Oui les jeux, il est bon de le rappeler tellement l'accent était surtout mis sur les autres fonctionnalités. Microsoft semble donc vouloir littéralement marcher sur les plates bandes des fournisseurs d'accès internet et de leur box.

xbox one004

                Cela se ressent d'ailleurs sur le design de la One que le constructeur a révélé d'entrée de jeu contrairement à Sony. C'est très anguleux, c'est imposant et ça ressemble à une Freebox ou à un vieux magnétoscope comme certaines parodies commencent déjà à le tourner en dérision sur le net. Mais comme toujours le design est une histoire de goûts. Côté spécificités techniques et puissance, pas de surprise, la One est dans la même gamme que la PS4, avec un très léger avantage pour Sony tout de même.

                 En matière de jeux, ce qui est quand même sensé être la première fonction d'une console de jeu vidéo, il faut bien avouer que la conférence s'est révélée assez pauvre à ce niveau. Un partenariat avec EA pour les jeux de sport, un Forza 5 annoncé, une nouvelle licence de Remedy et un Call Of Duty Ghosts dont les DLC seront une nouvelle fois en exclusivité temporaire sur Xbox Live. Microsoft a également annoncé la présence de 15 exclusivités dès la première année de commercialisation de la console sans donner plus de précision. Il faudra certainement attendre l'E3 dans quelques jours pour que le constructeur mette enfin en avant les jeux de la One.

                 Les rumeurs pré-conférence faisaient état d'un Kinect intégré et obligatoire, et elles avaient raison. La version 2.0 du périphérique a été amélioré dans tous ses aspects, que ce soit la reconnaissance vocale (permettant de tout contrôler sur la console) ou la reconnaissance de l'environnement ou des mouvements. Kinect peut même fonctionner dans le noir à présent. 

                    Mais les vrais révélations, celles qui font grincer les dents de beaucoup de gamers à l'heure actuelle ne sont pas venues de la conférence officielle, mais de l'interview de Phil Harrison, vice président de Microsoft, par Eurogamer et Kotaku. Plusieurs choses ont ainsi été révélées ou confirmées :

  • La Xbox One est indissociable de Kinect. La console ne pourra fonctionner que si ce dernier est également en fonction. Pire encore, Kinect continuera à fonctionner même lorsque la console sera éteinte. Cela veut donc dire que Microsoft pourra accéder H24 à Kinect pour voir ce que vous faites. On imagine bien que cela servira à recueillir des données marketing dont l'utilisation par la firme américaine est encore inconnue (revente de données pour la publicité?)

 

  • Une connexion internet obligatoire. C'était la rumeur la plus polémique concernant cette nouvelle Xbox. Et Microsoft, malgré une jolie pirouette linguistique tentant de rassurer les joueurs en disant que la connexion internet permanente ne sera pas obligatoire, a reconnu qu'il fallait être connecté pour pouvoir enregistrer un jeu avant sa première utilisation. Mais ce n'est pas tout, puisque Phil Harrison a également déclaré à Kotaku qu'il faudra au moins être connecté une fois toutes les 24 heures pour pouvoir continuer à jouer. De plus, certains jeux pourront carrément imposer une connexion au net permanente pour pouvoir continuer à les utiliser.

 

  • Les jeux seront assortis d'une clé à usage unique et liés à un seul compte. Concrètement, le joueur achète un jeu, le lie à son compte via la clé et l'installe sur son disque dur (l'installation des jeux est elle aussi devenue obligatoire et la Xbox One embarquera un DD de 500 Giga). S'il souhaite prêter son jeu ou le revendre, le nouveau possesseur devra vraisemblablement s'acquitter du prix du jeu neuf pour obtenir une nouvelle clé d'activation. Ce faisant, le jeu sera bien entendu rendu inutilisable par le possesseur précédent. Autant dire qu'il ne s'agit ni plus ni moins que de vouloir tuer le marché de l'occasion. On comprend mieux la déclaration d'Electronics Arts faisant état il y a quelques jours de l'abandon des passes en ligne après, soit disant, avoir "entendu la désapprobation des joueurs".

 

                   Si on ajoute à tout cela l'absence de rétrocompatibilité des jeux et des accessoires, autant dire que la nouvelle console de Microsoft ne part pas sous les meilleurs auspices auprès des joueurs. Les actions de Sony ont par ailleurs grimpées de quasiment 10% suite à ces annonces. Beaucoup de joueurs se disent maintenant prêts à acheter une PS4 mais Sony est pour le moment resté muet, et rien ne prouve que la firme nippone ne pratiquera pas la même approche concernant les jeux d'occasion. Mais si c'est le cas, de nombreux joueurs se tourneront certainement du côté du PC et de la Wii U pour la prochaine génération de consoles.

                   Mais dans tous les cas, le changement du monde des jeux vidéo que beaucoup redoutaient pointe le bout de son nez, Microsoft ayant osé franchir le pas le premier. Reste maintenant à savoir si le consommateur/joueur est prêt à accepter de tels pratiques et si les petits magasins de jeux vidéo vont se laisser enterrer aussi facilement. Rappelons nous qu'une certaine PSP Go de Sony misant sur le tout dématérialisé s'est révélé être un cuisant échec.

Publié dans News

Commenter cet article