Test Far Cry 3 Blood Dragon (PS3,Xbox 360,PC)

Publié le par Dragon d'Ambre

Annoncé le premier avril dernier, il faut bien avouer que ce Far Cry 3 Blood Dragon avait tout du gros poisson d'avril d'Ubisoft. Une jaquette dans le plus pur style des années 80, un esthétisme flashy à souhait, un scénario digne des plus grands films de série Z de cette décennie, en bref difficile de croire à la réalité d'un tel projet. Et pourtant, à peine un mois plus tard ce stand alone indépendant de Far Cry 3 est disponible en téléchargement sur tous les supports. Verdict sur ce gros délire vidéo-ludique.
 
 
 
  BACK TO THE FUTURE
  
           Le scénario nous plonge dans le futur... de 2007. Dans un contexte d'apocalypse nucléaire, le joueur incarne Rex Power Colt, soldat mi-homme, mi-machine, trahi par son ancien chef, le Colonel Sloan. Ce dernier a bien entendu décidé de conquérir le monde mais c'était sans compter sur son ancien disciple avide de vengeance. Le scénario est bien entendu une référence aux bons vieux nanars hollywoodiens des 80's dont Blood Dragon se veut une parodie. Le jeu rend ainsi hommage à Terminator, Predator, Star Wars, Rambo, Rocky, pour ne citer qu'eux. 
                                               jaquette-far-cry-3-blood-dragon-playstation-3-ps3-cover-ava
        Il est d'ailleurs bon de préciser que l'acteur américain Michael Biehn (Terminator, Aliens le retour, Abyss,The Rock) assure le doublage de Rex dans la version anglaise du jeu, que je ne saurais que trop vous conseiller même si la VF reste correcte. Les développeurs se sont également inspiré des traits de l'acteur dans le design du personnage principal.
 
              L'histoire nous est contée par des cut-scenes résolument rétro. Ici pas de cinématiques utilisant le moteur de jeu mais plutôt des animations minimalistes dans le plus pur style des consoles 8 ou 16 bits des débuts du jeu vidéo. C'est ringard et donc bien dans le ton parodique du soft. Certaines scènes complètement déjantées décrocheront un sourire même aux moins réceptifs de ce genre d'humour outrancier. 
                                       far-cry-3-blood-dragon-playstation-3-ps3-1367509151-073
              Les plus jeunes joueurs ne comprendront peut être pas toutes les références mais les autres ne pourront s'empêcher de sourire voire même de pouffer devant l'humour potache omniprésent. Certes on est pas dans la finesse, mais c'est bien le but des développeurs : en faire des tonnes et enchaîner les jeux de mots et les scènes parodiques sans aucun temps mort. La quête principale qu'on évitera de spoiler pour éviter de vous gâcher le plaisir se termine d'ailleurs en véritable apothéose.
 
RAMBO VERSUS PREDATOR
 
   
               L'aspect "on ne fait pas dans la finesse" se retrouve également dans le gameplay du soft. Ceux qui ont joué à Far Cry 3 ne seront pas dépaysés puisque Blood Dragon reprend les mêmes mécanismes. Mais à la différence de son aîné, et conformément aux codes des films virils des années 80, Blood Dragon s'oriente un peu plus vers le bourrinage. Le début du jeu nous donne ainsi le ton en nous mettant aux commandes d'une mitrailleuse d'hélicoptère, défouraillant à tout va dans un déluge d'explosions tandis que la chanson Long Tall Sally de Little Richard accompagne l'action.
 
far-cry-3-blood-dragon-playstation-3-ps3-1367509151-032
             
             Même dans le gameplay l'humour reste omniprésent. Ubisoft Montréal signe ainsi un didacticiel fendard qui se moque allégrement de cette phase de jeu quasi incontournable mais qui a la fâcheuse tendance de prendre le joueur pour un débile. "Appuyez sur X pour montrer que vous savez lire" nous dit-on tandis que Rex s'impatiente et se lamente.
 
           Pour le reste, on se retrouve sur une île plus petite que celle de Far Cry 3 mais qui offre les mêmes activités (captures de bases, quêtes de chasse et de libération d'otages, récolte d'items), le craft en moins. Sachez tout de même qu'à la différence de son modèle, Blood Dragon ne permet plus de choisir soi-même ses compétences, ces dernières se débloquant automatiquement à chaque level up. Rex est également plus résistant que son homologue Jason car il peut tomber de n'importe quelle hauteur sans se blesser et respirer indéfiniment sous l'eau grâce à ses cyber-poumons.
far-cry-3-blood-dragon-playstation-3-ps3-1365578407-010
          Le bestiaire lui aussi n'a pas changé, mis à part l'ajout des Dragons de sang, sorte de dinosaures fluos redoutables que le joueur pourra utiliser à son avantage pendant les captures de bases. Appâter une de ces bestioles à l'intérieur d'un camp et le laisser exterminer les ennemis ça peut avoir du bon. Mais rassurez vous, on peut également se la jouer tout seul comme un grand à l'ancienne, à la façon ninja furtif ou bien version Rambo.
 
            L'arsenal est à l'image du côté outrancier du jeu : puissant et mortel. On peut débloquer des améliorations pour les armes en accomplissant les quêtes annexes, en tuant divers animaux ou en récoltants les items cachés (VHS, télés, etc...). Les gun fights sont donc plus faciles que dans Far Cry 3, Rex symbolisant le héros cyborg pouvant faire face seul  à une armée. On reste encore une fois dans le ton, quitte aux joueurs les plus aguerris de jouer directement en difficile pour relever le niveau.
 
far-cry-3-blood-dragon-playstation-3-ps3-1367355105-025
     
             En ce qui concerne la durée de vie, elle est correcte pour un jeu téléchargeable à 15 euros, à condition d'accomplir toutes les activités annexes et ne pas se contenter de la quête principale malheureusement trop courte. Il est à noter d'ailleurs que l'on peut continuer à jouer après les crédits de fin pour terminer les tâches annexes au besoin. 
    
 
THE EYE OF THE CYBORG
 
               Si Blood Dragon reprend le moteur graphique de Far Cry 3, l'esthétique du jeu n'a plus rien à voir. Exit le côté ensoleillé et bonjour la nuit perpétuelle et les couleurs bleues et rouges déclinées à l'infini. Alors certes cela convient bien au trip 80's, surtout avec les néons flashy présents un peu partout, aussi bien sur les bâtiments et véhicules que les ennemis, mais il faut avouer que cela peut parfois gêner la visibilité. Rien de bien grave cependant, même si certains n'apprécieront pas le parti pris.
far-cry-3-blood-dragon-playstation-3-ps3-1366908922-017
               Les menus du jeu ont également eu droit à une refonte façon vintage et ressemblent aux écrans des premiers ordinateurs qui ne pouvaient afficher que du texte en vert. Bien entendu les développeurs d'Ubisoft Montréal se sont aussi lâché sur les descriptions des éléments de ce menu. Le descriptif des personnages, des lieux, de la faune, ou bien encore des armes valent leur pesant de cacahuètes, même si certains resteront insensible à ce genre d'humour.
 
               Par contre il est un point sur lequel personne ne pourra discuter : l'excellence de la bande son. Si l'on a déjà évoqué la qualité du doublage anglais, les musiques quant à elles ne sont pas en reste. Ressemblant à s'y méprendre à une BO d'un film des années 80, on ne peut s'empêcher de penser encore une fois à Terminator lorsqu'on entend le thème principal. Confiée au groupe australien Power Glove, il faut bien avouer que la musique colle parfaitement à l'ambiance générale du soft. Un sans faute.
 
LES + LES -
  • Un gros délire rafraîchissant
  • L'ambiance des 80's
  • Une fin en apothéose
  • Une bande son irréprochable
  • Un peu trop court si on ne fait que la quête principale
  • Parlera un peu moins aux plus jeunes
 
   
 

  
 17/20 : Far Cry 3 Blood Dragon surprend par son côté complètement déjanté. Force est de reconnaître qu'il constitue une petite bouffée d'air frais dans cette génération de consoles enlisée dans le conformisme et l'absence de prise de risques. Ubisoft Montréal s'est vraiment lâché et nous gratifie d'un stand alone parodique des plus réussi. Les références très nombreuses aux années 80 ne parleront peut être pas aux plus jeunes joueurs, mais les autres jubileront sans aucun doute lors de certaines scènes à la ringardise complètement assumée. Renforcé par une bande son excellente, on aurait tort de se priver d'un tel hommage aux films de notre enfance, surtout pour une quinzaine d'euros seulement. Certaines rumeurs parlent déjà d'une suite de peut être plus grande envergure, et on en redemande avec plaisir.
 

               

Publié dans Playstation 3

Commenter cet article