Test Game of Thrones : Le Trône de Fer

Publié le par Dragon d'Ambre

               Le développeur français Cyanide Studio, créateur notamment de l'excellent Blood Bowl, publie ici  son deuxième jeu basé sur la licence du Trône de Fer, la déjà cultissime saga de G.R.R. Martin. Après un Genesis développé sous forme de jeu de stratégie en temps réel, Cyanide nous propose à présent de visiter les contrées de Westeros à la manière d'un RPG ambitieux. Mais le studio s'est-il donné suffisamment de moyens pour convaincre? Réponse dans ce test.
 
 
 
 
WELCOME TO WESTEROS
 
  game-of-thrones-xbox-360-1325147255-013
                Les deux personnages principaux qu'il nous est permis d'incarner sont deux anti-héros bien différents l'un de l'autre. G.R.R. Martin lui-même aurait pu en être le créateur tant ils s'intègrent à merveille dans cet univers tout sauf manichéen. Chacun est en prise avec ses propres démons du passé, chacun possède son propre caractère, chacun poursuit ses propres objectifs. Ce sont donc deux héros à la psychologie et au background  très travaillés que l'on incarne à tour de rôle avant de les voir réunis plus tard dans le jeu.
 
                L'aventure débute avec Mors Westford, un chevalier vétéran membre de la Garde de Nuit depuis quinze ans. Condamné à mort pour avoir désobéi à son suzerain Tywin Lannister, il a été contraint de "prendre le Noir" pour éviter la terrible sentence. Possédant un sens de l'honneur extrême, c'est un vieux chevalier à l'apparence dure et dont les compétences guerrières lui ont valu le titre de "Boucher". Toujours accompagné par un molosse à l'aspect aussi bourru que son maître, Mors est un "zoman" pouvant projeter son esprit dans celui de son chien. Lorsqu'on contrôle celui-ci, cela permet de passer par des endroits autrement inaccessibles, de flairer des odeurs pour retrouver des personnes ou des objets, mais également de pouvoir égorger "discrètement" des ennemis isolés. 
 
                 Le second personnage que l'on peut incarner se nomme Alester Sarwyck, un prêtre rouge maîtrisant la pratique et le contrôle du feu. Fils aîné du seigneur de Puysaigues, un nouveau fief créé spécialement pour le jeu, Alester revient de plusieurs années d'exil dans les cités libres pour assister aux funérailles de son père. Mais face aux revendications de son frère bâtard pour prendre le contrôle du fief à sa place, il fera tout pour faire valoir ses droits d'héritier légitime. Les pouvoirs de prêtre rouge d'Alester lui permettent, outre l'utilisation du feu en combat, de pouvoir révéler des mécanismes et des objets cachés.
 le-trone-de-fer-rpg-xbox-360-1320875776-004
                 On voit bien la volonté des développeurs de rendre chacun des héros unique et de sortir des stéréotypes habituels dont le genre nous a habitué. Les fans ou les amateurs des livres et/ou de la série se seront aussi rendu compte que l'univers de Martin est très fidèlement adapté. Les néophytes se sentiront peut être un peu perdu face à toutes ces références mais pas de panique. Cyanide a eu la bonne idée de reprendre le système de codex made in Bioware pour dresser un glossaire aux éléments progressivement débloqués, faisant ainsi entrer en douceur les non initiés dans cet univers riche et complexe.
 
 
A GAME OF THRONES
 
 
                   Vous l'aurez certainement déjà compris, le point fort du jeu réside incontestablement dans son univers et son scénario. La trame narrative se situe en parallèle du premier roman et de la première saison de la série télé. Certains moments clés sont ainsi évoqués dans le jeu mais jamais montrés directement. N'espérez pas vivre une aventure qui collerait exactement à celle de l'oeuvre originale, l'histoire est ici centrée sur les deux protagonistes principaux. Cela n'empêchera toutefois pas de croiser certains personnages modélisés d'après les acteurs de la série de HBO qui ont également prêté leur voix pour le doublage. Le joueur pourra donc retrouver avec plaisir (ou pas) Jeor Mormont, Lord commandant de la Garde de Nuit, Varys l'eunuque, et enfin la reine Cersei en personne.
 le-trone-de-fer-rpg-xbox-360-1320875776-001
                    Tout comme la saga de G.R.R. Martin, le scénario est ici très adulte et sans concession. Violence, complots, trahisons, sexe, retournements de situation, dilemmes moraux, tout y est. Le début du jeu prend le temps de planter le décor et de présenter les deux héros, mais l'histoire s'intensifie au fur et à mesure des chapitres pour finir en apothéose avec quatre épilogues différents. Ici pas de déception à la Mass Effect 3. On est littéralement happé par le scénario et son évolution parfaitement maîtrisée. D'ailleurs, comme dans la série de Bioware, le joueur décide de sa destinée grâce à un système de dialogue à choix multiples.
 
                     Le joueur peut ainsi sélectionner différentes options représentant les pensées du personnages. Les choix sont clairs et permettent d'orienter Mors ou Alester dans la voie que l'on souhaite. Pas aussi manichéens que Mass Effect, les dialogues offrent une palette d'options agréable n'imposant pas toujours le traditionnel duo bien/mal. Les décisions prises auront bien entendu une incidence directe sur la suite de l'histoire, que ce soit à court ou à long terme. Ainsi, certains choix qu'on pensait anodins peuvent avoir d'importantes conséquences plusieurs chapitres plus loin. Autant dire que la rejouabilité est plutôt bonne.
 game-of-thrones-le-trone-de-fer-xbox-360-1339428743-076
                     Lorsque Cyanide annonçait avoir reçu la bénédiction de l'auteur des livres en ce qui concerne le scénario, il faut avouer bien volontiers qu'aucun doute n'est permis à ce sujet. On sent que les développeurs sont des amoureux de la saga, comme le prouve de très nombreuses références et clins d'oeil glissés tout au long du jeu. Les fans apprécieront sans nul doute, notamment, de pouvoir rencontrer G.R.R. Martin en personne avec des dialogues assurément savoureux que je ne spoilerais pas pour ne pas gâcher le plaisir de la découverte. D'autres références plus anecdotiques sont également de la partie, comme des phrases tirées de Kaamelott que les connaisseurs reconnaîtront sans mal.
 
 
 
WITH FIRE AND SWORD
 
 
 
                      Après avoir fait l'éloge des poins forts du jeu, il faut également parler des éléments plus mitigés, voire même  moins convaincants du titre. Au tout début de l'aventure, on doit passer par une phase de création de personnage qui ne permet bien entendu pas de modifier l'apparence des deux héros, mais plutôt de choisir leur classe et leur orientation. Trois classes distinctes sont disponibles pour chaque personnage, chacune avec un arbre de compétences associé. On doit ainsi choisir si l'on préfère jouer le tank en armure lourde et arme à deux mains, un guerrier agile en armure intermédiaire et avec une  arme dans chaque main, ou bien encore un combattant à distance. Un système d'atouts à contrebalancer avec des faiblesses permet également de personnaliser plus avant son personnage.
 game-of-thrones-le-trone-de-fer-xbox-360-1339428743-067
                       Le choix se révèle assez déterminant dans le sens où le type d'armure et d'arme est un des composants essentiels des combats. Par exemple les armes tranchantes sont plus efficaces contre des armures en tissu alors que les armes contondantes sont plus appropriées contre des armures de plate. Pour éviter de se retrouver complètement inefficace pendant le combat, le joueur a la possibilité de configurer deux slots d'armes différents pour pouvoir switcher en combat selon le type d'armure porté par l'ennemi.
 
                       On le voit, les affrontements sont plutôt axés stratégie. Cyanide a en effet opté pour un système de combat à mi-chemin entre le temps réel et le tour par tour. Trois slots permettent de "cumuler" des actions qui seront effectuées dans l'ordre imparti, le joueur pouvant néanmoins en "effacer" une ou toutes les trois selon les besoins. Une pause active permet aussi de ralentir considérablement l'action pour pouvoir naviguer entre ses compétences actives, changer de configuration d'arme ou de style de combat, changer de personnage actif et même d'effectuer des combos en combinant plusieurs compétences de deux ou trois personnages.
 game-of-thrones-xbox-360-1334059607-043
                          Autant l'avouer tout de suite, ce système de combat stratégique et prometteur sur le papier se révèle très vite répétitif. La difficulté parfois mal dosée de certains affrontements n'arrange pas les choses. On en vient trop souvent à répéter les mêmes schémas et la lassitude s'installe. Heureusement, à partir du niveau 7, on peut choisir une spécialisation de classe pour chacun des deux protagonistes, avec un nouveau style de combat et un nouvel arbre de compétences. Cela redonne une certaine fraîcheur aux combats et confère un peu plus de variété dans les approches grâce à la possibilité de switcher entre les deux configurations selon la situation.
 
                          A chaque montée de niveau, on obtient donc des points à répartir entre nos arbres de compétences dont un est réservé à la capacité spéciale du héros (la capacité zoman de Mors et la maîtrise du feu d'Alester). D'autres points sont à répartir dans la maîtrise des différents types d'armes et d'armures pour renforcer leur efficacité. On se retrouve donc avec une fiche de personnage assez bien fournie et un aspect RPG poussé et complet, en dépit de combats peu passionnants.
 
 
 
A SONG OF ICE AND FIRE
 
 
 
                          Le titre souffle donc un peu le chaud et le froid côté gameplay, mais assurément le froid en ce qui concerne l'aspect technique. En réponse à la question de savoir si Cyanide s'était vraiment donné les moyens que l'on attend de ce genre de projet, celle-ci est malheureusement négative. Pour ce qui est des graphismes, force est de reconnaître que l'on est deça de la plupart des productions actuelles. Le jeu n'est pas moche pour autant, mais les animations d'un autre âge, quelques bugs de collision, des NPC sosies en pagaille, une luminosité mal gérée et des textures parfois limites ne font pas honneur à la qualité artistique du titre.
 
                          Car malgré ces défauts techniques évidents, le jeu s'en sort encore une fois grâce à son ambiance et son sens du détail. Les environnements visités sont assez vastes et parfois labyrinthiques. Certains décors sont très réussis, notamment ceux directement adaptés de la série. Les villes ne sont pas vides et l'on croise de nombreux PNJ et marchands, ainsi que des donneurs de quêtes secondaires bien écrites qui s'insèrent parfaitement dans la trame principale.
 game-of-thrones-le-trone-de-fer-xbox-360-1339428743-057
                          Le côté artistique du jeu repose également dans la variété et l'aspect des équipements. Les différentes pièces d'armure s'inscrivent parfaitement dans l'univers médiéval et certaines sont très franchement classes à porter. Les armes sont très nombreuses et très différentes : épées, haches, masses, marteaux, dagues, armes d'hast ou à deux mains, etc... Si on ajoute des boucliers et des capes en tous genres, les amateurs de personnalisation seront aux anges.
 game-of-thrones-xbox-360-1334059607-040
                           La modélisation des personnages et des visages est correcte, certains étant plus réussis que d'autres. Le doublage, qu'il soit anglais ou français est bon, avec une mention spéciale pour les doubleurs des deux héros avec des voix qui collent bien à leur apparence, surtout en VO. Les musiques dont certaines sont reprises elles aussi de la série sont de bonne facture, tout comme les effets sonores.Les temps de chargement sont assez nombreux mais relativement courts. En bref, il est assez dommage que l'aspect technique du soft ne soit pas vraiment à la hauteur, car les idées sont bien là. Le jeu aurait mérité un peu plus de finition de la part de Cyanide.
 
LES + LES -
  • L'univers adulte
  • Le scénario prenant
  • Les dialogues
  • La personnalisation et l'évolution des personnages
  • Une technique faiblarde
  • Un système de combat bancal

13/20 : Game of Thrones est loin d'être un mauvais jeu, mais également loin d'être un hit. La richesse de l'univers et du scénario ainsi que son système de dialogue sont une franche réussite. Mais un système de combat un peu bancal et une réalisation technique dépassée viennent ternir les qualités indéniables du titre. Néanmoins, les fans du Trône de Fer et ceux pour qui l'histoire et la liberté de choix priment l'aspect technique auront sans nul doute plaisir à régir la destinée des deux héros charismatiques. Ceux qui ne connaissent pas l'univers de G.R.R. Martin et les amateurs de RPG peuvent le découvrir ici sans crainte s'ils ne sont pas trop attachés à la réalisation d'un jeu.

 

 


Publié dans Playstation 3

Commenter cet article