Test Star Wars The Old Republic

Publié le par Dragon d'Ambre

               Lancé en décembre dernier, le MMORPG Star Wars The Old Republic constituait un sacré pari de la part de Bioware. Reconnu pour ses RPG faisant la part belle aux dialogues et aux choix du joueur, le développeur s'aventurait pour la première fois dans l'univers des jeux de rôle massivement multijoueurs. Et quoi de plus logique que de revenir à la saga Star Wars que le studio avait brillamment adapté dans le premier Knights of the Old Republic. Reste à savoir si la qualité promise est bien au rendez-vous.
 
 
 
UN MMO DONT VOUS ETES LE HEROS
 
 
                Ceux qui pensaient pouvoir côtoyer les héros des films de George Lucas devront très vite se faire une raison : Bioware a décidé de situer son jeu 3000 ans avant le début de la saga cinématographique. Le but était bien évidemment de bénéficier d'une plus grande liberté d'adaptation de l'univers. Nous nous retrouvons donc dans une période charnière de l'histoire galactique. Après avoir signé le traité de Coruscant, la République et l'Empire se retrouvent dans un état de paix précaire et les tensions entre les deux camps s'intensifient. Une nouvelle guerre peut éclater à tout instant.
    star-wars-the-old-republic-pc-1326377211-457
 
                C'est dans ce contexte agité présenté par une magnifique vidéo d'introduction que l'on rentre dans le vif du sujet : la création de son personnage. Les habitués des MMO et des RPG ne seront pas dépaysés, Bioware ayant fait dans le classique à ce sujet. On commence donc par choisir notre faction, République ou Empire. C'est un choix d'importance car les premières planètes visitées différeront et le contexte ne sera bien entendu pas le même. Vient ensuite la détermination de la classe de son héros parmi huit au total, quatre par faction. Il faut noter ici que les classes des deux factions sont quasiment équivalentes en terme de gameplay, équilibre oblige pour le PvP (Player versus Player ou Joueur contre Joueur en français).
 
               Nous avons donc le choix d'incarner un Chevalier Jedi/Guerrier Sith spécialisé dans le corps à corps ; un Jedi Consulaire/ Inquisiteur Sith équivalent au mage/soigneur ; un Contrebandier/Agent impérial adepte de la furtivité et des armes à distance ; et enfin un Soldat/Chasseur de primes lui aussi combattant à distance mais avec des armes lourdes et moins de finesse. On retrouve donc à peu de chose près les formats classiques de tout MMO à ceci près que chaque classe aura sa propre trame principale comme nous le verrons plus tard.
 ch2 screenshot 4
 
                 Une fois la classe sélectionnée il faut ensuite choisir sa race parmi un panel représentatif de l'univers Star Wars mais cela n'aura que très peu d'incidence sur le déroulement du jeu, mis à part l'aspect esthétique. L'apparence de notre personnage est d'ailleurs la dernière étape de création. Là aussi on reste dans le classique et on peut personnaliser la corpulence (de maigre à gros, si si, un Jedi obèse c'est possible !) et la tête que l'on devra se coltiner pendant 50 niveaux. Les choix restent quand même relativement limités mais globalement il reste assez rare de se retrouver en face de son clone parfait in game. Une fois la création de notre avatar terminée, on peut enfin se lancer dans l'aventure.
 
 
IL Y A BIEN LONGTEMPS DANS UNE GALAXIE LOINTAINE, TRES LOINTAINE
              
 
 
                  C'est par cette phrase bien connue des fans, bleue sur fond noir, que le jeu débute vraiment. Puis explose alors la musique mondialement célèbre de John Williams tandis que le prologue défile devant nous à la manière des introductions des films. Pas de doute, on est bien dans Star Wars. Et il ne fait aucun doute non plus que Bioware a réussi à immerger le joueur dès les premières minutes de jeu. Pas seulement avec la bande son qui mélange thèmes originaux et musiques reprises des films ou de KOTOR, mais aussi grâce à ce qui fait la différence de SWTOR face aux autres MMO : une aventure unique pour chaque joueur.
 star-wars-the-old-republic-pc-067
 
                  Chaque classe a ainsi sa propre série de quêtes personnelles faisant avancer son histoire découpée en plusieurs actes. La qualité d'écriture de ces scénarios reprend tout le savoir-faire de Bioware en matière de RPG et certaines classes sont pour le coup extrêmement jouissives à jouer ; comme le guerrier Sith et son histoire pleine de traîtrises et de choix machiavéliques ou l'agent impérial et son scénario orienté espionnage/politique. Le choix encore dans les dialogues reprenant le système de Mass Effect nous laissant libre de prendre les décisions qu'on souhaite.
 
                   Mais attention, quelle que soit la faction, le jeu nous donne la liberté d'orienter notre personnage vers le côté obscur ou lumineux. Les conséquences sur la suite de l'histoire de son avatar découleront donc de nos choix, mais cela influera également sur l'apparence de son avatar perverti par le côté obscur. Comme dans KOTOR, on voit notre bad guy changer de tête au fur et à mesure que la jauge du côté obscur se remplit. Ces jauges servent également à obtenir des items spécifiques à chaque alignement.
 star-wars-the-old-republic-pc-1324374259-438
 
                   Le système de dialogue donne un intérêt certain même aux quêtes les plus basiques que l'on retrouve dans tout MMO, car ce n'est pas un simple texte que l'on zappe sans le lire, même s'il est possible de le faire aussi dans SWTOR. Bioware a également instauré la même mécanique dans les dialogues de groupe. Chaque joueur fait son choix de réponse et un lancé de dés virtuels permet de déterminer celle qui sera adoptée. Cette souplesse est la bienvenue pour ne pas gagner des points du côté obscur si ce n'est pas l'orientation que l'on a choisie, et inversement.
 
                   Une autre spécificité du MMO de Bioware réside dans la possibilité d'être accompagné d'acolytes. Ils fonctionnent comme des familiers classiques, surtout pendant les combats. Mais ce sont également des compagnons qui ont une histoire propre et avec lesquels le joueur peut dialoguer et interagir. Une jauge d'affection se remplit ou diminue selon nos choix lors des dialogues et notre partenaire peut même intervenir durant ceux-ci. Le développeur a même poussé le concept jusqu'à donner la possibilité de se marier avec un de ses partenaires. Encore une feature tirée des RPG fort sympathique et qui démarque le titre de ses concurrents.
 
 
 
LA FORCE AVEC TOI SERA
 
 
              Côté gameplay, les habitués des MMO ne seront pas dépaysés. Bioware a fait dans le classique. Le système de combat repose en effet sur l'utilisation des skills placés préalablement dans notre barre de raccourcis. On peut tout faire à la souris ou utiliser le combo clavier/souris. L'utilisation de son partenaire en combat est également convenue, on peut lui ordonner d'attaquer une cible particulière, lui faire utiliser ses skills ou le faire rester passif. Une bonne gestion de son acolyte permet donc de se défaire d'ennemis supérieurs en nombre ou en puissance avec une bonne technique.
 ch3 screenshot 3
 
                Vous l'aurez peut-être compris, le jeu peut très bien se faire en solo même si le contenu multi est bien présent. Donjons, instances, raids, quêtes de groupe, récompenses de sociabilité, guildes, il y a de quoi faire pour ceux aimant joueur à plusieurs. Le PvP n'est pas en reste avec des modes dédiés (Huttball, captures de bases, etc..) et des zones de guerre et une planète dédiée au PvP libre. Il y en a vraiment pour tous les goûts, Bioware ayant manifestement essayé d'attirer tous les profils de joueurs sur son MMO.
 
                 Malgré cet apparent classicisme, SWTOR a introduit quelques petites innovations. Le housing remplace ici la maison de son personnage par son vaisseau. Celui-ci peut être amélioré par le biais de pièces et permet de jouer à des quêtes de combat spatial. Rien de transcendant malheureusement car cela se résume à du simple rail shooting où le déplacement du vaisseau est automatique. Ce qui nous laisse pour seule action possible de faire des esquives et tirer sur les ennemis.
 ch3 screenshot 4
 
                 Une autre petite innovation sympathique réside dans le gameplay des classes de contrebandier et agent impérial pouvant se mettre à couvert derrière des éléments du décor pendant les combats. Cela donne un petit aspect stratégique fort plaisant et confère un côté plus réaliste aux gunfights. Pour ce qui concerne l'évolution des personnages, un choix entre deux spécialisations est possible au niveau 10, deux orientations sensiblement différentes selon sa manière de jouer. Nous avons ensuite trois arbres de compétences eux aussi bien distincts permettant de customiser son personnage à l'envie.
 
                  L'artisanat n'a pas non plus été oublié et en dépit d'un fonctionnement assez basique, il recèle quelques petites subtilités bien pensées. Tout d'abord, il faudra choisir trois métiers à partir du niveau 10. Un métier de confection et deux métiers de collecte servant à récupérer ses matériaux. Nous restons ensuite dans le classique avec un niveau de compétence artisanal augmentant au fil de nos créations, ce qui permet de débloquer de nouvelles recettes. Mais Bioware a également intégré les partenaires dans le processus. On peut en effet les envoyer en missions de collecte de matériaux mais c'est également par eux qu'il faut passer pour crafter les objets que l'on souhaite.
 
 
SANS MAÎTRISE LA PUISSANCE N'EST RIEN
 
 
                  Le lancement de SWTOR a été une franche réussite quand on sait les problèmes qu'ont rencontré les autres MMO dans ce domaine. En dépit de son manque d'expérience, Bioware a su parfaitement gérer cette phase cruciale et les serveurs de jeu n'ont connu aucun crash ou problème majeur. Et pourtant l'affluence des joueurs était importante.  Pour leur premier MMO, et sans aucun doute grâce aussi au soutien financier et logistique d'EA, les développeurs ont réussi un des meilleurs lancements jusqu'à présent.
  star-wars-the-old-republic-pc-072
 
                   Sans aucun doute possible, la gestion technique de SWTOR est de qualité. Le jeu n'impressionne pourtant pas par ses graphismes un peu cartoon. Mais le game design est bon et les fans apprécieront sans doute de retrouver des lieux familiers bien retranscrits. Il arrivera parfois que le joueur s'arrête même pour contempler le paysage, ce qui est signe d'un travail de qualité.
 
                   Le suivi du jeu est lui aussi de très bonne facture. Les ajouts de contenus et corrections de bugs sont régulièrs et fréquents. Avec la mise à jour 1.2, SWTOR a encore fait un bon en avant en terme de qualité. Le jeu a ainsi été optimisé, les textures des armures améliorées, et le système d'héritage (consistant à lier ses différents personnages généalogiquement) enrichi. Si on ajoute entre autres la personnalisation totale de l'interface et l'ajout de fonctionnalités pour les guildes, on obtient maintenant un MMO qui se hisse sans conteste dans le haut du panier.  
 
 
LES + LES -
  • L'univers Star Wars
  • Les dialogues cinématiques
  • Les quêtes perso de classe
  • L'immersion
  • Les musiques
  • Un peu trop classique
  • Et c'est tout
 
 

 
 
16/20 : Star Wars The Old Republic est un MMO de très bonne facture. Doté d'un système de dialogues et d'histoires de classes apportant un plus indéniable dans le genre, il rappellera de bons souvenirs aux joueurs de Knights of the Old Republic et des RPG de Bioware. Sans véritable défaut et malgré un classicisme certain, SWTOR réussit à nous immerger dans l'univers de la saga de George Lucas de fort belle manière. Un pari réussi pour Bioware.

Publié dans PC

Commenter cet article