TEST METAL GEAR SOLID HD COLLECTION

Publié le par Dragon d'Ambre

            Après God of War, Resident Evil ou Ico/Shadow of the Colossus pour ne citer qu'eux, c'est au tour de la saga d'Hideo Kojima de profiter de la mode des portages et remakes HD. Pour l'occasion, une des séries les plus marquantes des jeux vidéo débarque pour la première fois sur Xbox avec une compilation regroupant MGS Peace Walker, MGS 2 et MGS 3.
 
 
RETOUR AUX ORIGINES D'UN MYTHE...
 
     
   
        MGS 3           
            Sorti en 2005, MGS 3 Snake Eater nous permettait de découvrir les origines de la série de Kojima en nous faisant incarner le futur Big Boss bien connu des joueurs de la saga. Cet épisode reste pour beaucoup le meilleur des MGS. Il faut dire qu'il impressionne encore aujourd'hui par son scénario et son ambiance très James Bond. Situant son récit en 1964, dans un contexte de Guerre Froide et d'espionnage riche et développé, Hideo Kojima nous livrait une nouvelle fois un exemple d'immersion. La richesse de ce troisième volet reposait également sur un nouveau système de survie et de camouflage dans une jungle peuplée d'une faune et d'une flore renforçant encore une interactivité impressionnante avec l'environnement.
 
            Peace Walker (2010) se déroule quant à lui dix ans plus tard et nous fait retrouver Snake/Big Boss à la tête d'une armée de mercenaires engagés par le gouvernement du Costa Rica pour lutter contre un complot menaçant la paix dans la région. Cet opus sorti sur PSP a pour originalité de proposer un aspect gestion/recrutement en plus de l'aspect classique action/infiltration. On peut ainsi récupérer les soldats ennemis neutralisés lors des missions et les assigner à différentes taches au sein de la Mother Base, le QG de Militaires Sans Frontières, l'armée privée de Snake. C'est également ici qu'on pourra développer de nouvelles armes ou objets entre deux missions.  
   
MGS 2
                MGS 2 Sons of Liberty (2002) prend place en 2007-2009, chronologiquement après les événements de MGS 1 malheureusement absent de la compilation. Kojima avait à l'époque surpris tout le monde en confiant le rôle principal à un nouveau personnage, Raiden, Snake n'étant jouable que pendant le prologue du jeu. C'est également l'opus qui a marqué l'arrivée du compositeur hollywoodien Harry Gregson-Williams venu véritablement transcender les musiques de la série, leur donnant un caractère épique indéniable.
 
   
 
...QUI A PRIS QUELQUES RIDES...  
 
  Peace Walker
 
            Côté gameplay, les trois jeux ne sont pas logés à la même enseigne. La transposition de Peace Walker sur une console de salon a certainement demandé plus d'efforts au studio Bluepoint Games. L'utilisation d'un stick supplémentaire grâce à la manette est incontestablement plus confortable pour le joueur. Le portage propose donc ici une plu value non négligeable et permet de mieux apprécier cet épisode à la richesse insoupçonnée, même si son origine portable le rend moins flamboyant que les deux autres titres niveau réalisation.
 
            MGS 2 et 3 étant adaptés des versions "améliorés" Substance et Subsistance, Snake Eater est certainement l'épisode dont la maniabilité à le moins souffert du passage des ans. Le gameplay originel se voit en effet agrémenter d'une caméra libre des plus utiles. Cela permet à la jouabilité du titre de ne pas trop souffrir de la comparaison avec des jeux plus récents et les jeunes joueurs se sentiront plus familiers avec les commandes.
  MGS 2
             
            Malheureusement MGS 2 a lui pris des rides indéniables au niveau de sa prise à main, la différence se faisant encore plus nettement sentir si l'on parcourt les opus de manière chronologique. Ici pas de caméra libre mais une vue de dessus qui ne permet pas de voir devant soi à moins de passer en mode 1ere personne. Heureusement le radar permet de pallier un peu au problème en indiquant les ennemis et leur champ de vision.
 
 
 
...MAIS QUI N'A RIEN PERDU DE SA SUPERBE
           Côté graphismes, pas de réel bouleversement par rapport aux versions originales. La HD permet néanmoins de profiter de jeux optimisés en 16/9. Les effets de lumière sont mieux rendus, les textures plus détaillées et les couleurs plus vives. MGS 3 et Peace Walker bénéficient grandement de la HD, mais MGS 2 accuse le poids des ans avec des graphismes du début de l'ère PS2.
           
            On notera aussi avec un certain étonnement que le portage donne droit à des ralentissements inexplicables à certains moments et à des effets graphiques tout bonnement disparus depuis la version originale. En témoigne par exemple l'absence de pluie à la fin du prologue de MGS 3. Des problèmes de rémanence de certains sous-titres sont aussi à déplorer.
   
MGS 3
 
            Mais ces défauts mineurs n'enlèvent en rien à la qualité de la compilation. Le contenu est là grâce aux versions les plus complètes de chaque jeu. MGS 3 propose ainsi les deux premiers Metal Gear sortis sur MSX et MGS 2 est gratifié des Snake Tales et VR Missions. Contrairement à la version PSP, Peace Walker permet maintenant de jouer en coopération et versus en ligne directement et simplement. Tout au plus peut-on regretter l'absence de certains contenus comme le mode online de MGS 3, le mode Ape Escape ou bien le contenu bonus du disque Existence.
 
 
 
LES +
 
 
LES -
5 jeux dont trois emblématiques
Un contenu généreux
Rapport qualité/prix
Gameplay parfois vieillot
Absence de MGS 1
  
                                                                                               
 
 
17/20 : MGS HD Collection est une compilation de bonne facture au contenu généreux et à la durée de vie conséquente. Même si l'absence du premier opus est regrettable, le simple fait de pouvoir jouer à une série aussi emblématique sur la console de Microsoft peut justifier son achat.
   

Publié dans Xbox 360

Commenter cet article